Réunissant plus d’une centaine de personnes, un atelier sur l’emploi et les compétences des personnes réfugiées s’est tenu à l’initiative de la Diair le 18 juin dernier à Paris.

Interministériel dans sa démarche, partenarial avec le monde associatif et le monde des entreprises, cet atelier ouvert par le délégué interministériel charge de l’accueil et de l’intégration des réfugiés, Alain Régnier, a connu d’emblée un intense moment d’émotion et de réflexion à l’écoute du témoignage de Mme Maimouna Diallo, couturière et styliste, dont les propos ont, en peu de mots et beaucoup de force, résumé le double enjeu de cet après-midi d’échanges :

  • permettre aux personnes réfugiées de sortir du “trou noir” de l’émigration forcée par le retour à la dignité et à la reconnaissance des compétences conférées par le travail,
  • tisser des liens, des réseaux dont l’efficacité combinée permet de donner à chaque réfugié sa place.

Lors de cet atelier qui s’inscrivait dans la suite du Comité interministériel à l’intégration (CII) du 5 juin dernier, les intervenants des ministères de l’Intérieur et du Travail ont insisté sur les dimensions quantitative (doublement des cours de français, financements nouveaux ouverts sur le “plan investissement compétences” etc..) et surtout qualitative (pédagogie des cours de français, orientation professionnelle, immersion en entreprise) de la nouvelle politique d’intégration des personnes réfugiées, validée dans la Stratégie nationale.

Les opérateurs économiques et de l’économie sociale et solidaire ont insisté sur l’accélérateur d’apprentissage que constitue l’immersion en entreprise, tout particulièrement pour l’apprentissage du français.

Ils ont également précisé que si l’emploi et la formation des personnes réfugiées étaient évidemment facteur de cohésion sociale, ils revêtent également un intérêt bien compris par les employeurs à embaucher des personnes motivées et tenaces aux profils diversifiés.

Tous ont souligné le rôle clé des organismes de formation et ont notamment salué l’action Programme Afpa Hope, associant hébergement et formation.

Alain Régnier a invité les participants à se mobiliser aux côtés de la Diair pour répondre aux principaux défis à relever en matière de “sourcing” des personnes réfugiées, d’identification des besoins des opérateurs économiques et concernant les actions à promouvoir dans les mois qui viennent.

Ainsi et pour répondre à ces défis, 3 pistes-projets ont été annoncées :

  • l’organisation de « job-dating », véritables rendez-vous collectifs de mise en relation d’employeurs et demandeurs d’emploi réfugiés a travers les territoires ;
  • le développement d’une plateforme numérique « Agi’R » par le Lab’R piloté par la Délégation, qui a fait l’objet d’une présentation ;
  • le développement du parrainage citoyen pour permettre à chacun de contribuer à l’intégration des personnes réfugiées.

 

Un compte rendu complet de cet atelier sera disponible dans les prochains jours.

Documents de référence (PDF) :