Après 6 mois d’activité au cours desquels ont été mis en place les outils, les instances et posés les premiers jalons de son action, la Diair aborde cette nouvelle saison avec un programme ambitieux autour de 3 grands axes : mobiliser les territoires, valoriser l’engagement de la société civile et changer les regards portés sur les personnes réfugiées.

La mobilisation des territoires pour mieux accueillir.

Les métropoles, et les collectivités qui les composent, sont des acteurs centraux de l’accueil et l’intégration des réfugiés.

A partir d’un diagnostic partagé, l’Etat, la métropole et l’ensemble de ses partenaires s’engagent, par la signature de contrats territoriaux à la mise en œuvre d’actions concrètes pour améliorer la vie quotidienne des réfugiés dans notre pays et dans tous les domaines : accès à la formation linguistique, à la formation et à l’emploi, au logement, à la culture ou aux loisirs.

Ce contrat se veut une réponse globale associant l’ensemble des compétences et des volontés notamment celles des habitants, des acteurs privés et de la société civile, et les réfugiés eux-mêmes. Dans cet esprit, Alain Régnier, Délégué interministériel, poursuit ses rencontres territoriales dans les départements et villes de France. Il était à Strasbourg puis Cahors et Périgueux fin aout et début septembre. Sont également prévus des déplacements à Nantes, Bourg en Bresse, Marseille, Grenoble, Clermont-Ferrand, Toulouse, Evry, Rennes, Lille, Montpellier, Amiens, Pau, et Lyon.

Valoriser l’engagement de la Société civile pour une approche citoyenne et partagée de l’intégration.

C’est l’objet des rendez-vous périodiques avec les associations, en restant à l’écoute de leurs retours d’expérience, et en valorisant leurs initiatives. Les prochaines « rencontres des associations et de la société civile » auront lieu début décembre.

– Soutenir et développer l’engagement autour de deux programmes :

L’engagement citoyen donne vie aux valeurs d’hospitalité de nombreux Français prêts à accueillir et à accompagner des réfugiés en France.

Afin d’offrir une plus grande visibilité et lisibilité sur la diversité des engagements citoyens possibles, la Diair organise le 26 octobre prochain une journée nationale dédiée à la mobilisation de la Société civile. Cette journée réunira des acteurs associatifs, institutionnels et des personnes engagées.

Au cours de cette journée, la Diair lancera en partenariat avec l’agence du service civique le grand programme de service civique nommé « Volont’R » ainsi que le programme de mentorat de jeunes réfugiés, « Mento’R ».

  • « Volont’R » vise à offrir des missions de service civique indemnisées à 1500 jeunes auprès des réfugiés et 500 missions exercées par des réfugiés eux-mêmes.
  • « Mento’R » vise à créer du lien entre la société française et les personnes réfugiées nouvellement arrivées sur un territoire. Ainsi, les villes se mobilisent pour que leurs habitants puissent accueillir les réfugiés et les accompagner dans l’apprentissage du français, la découverte de la société française et dans leur nouvelle vie.

– Favoriser les initiatives citoyennes :

Par ailleurs, la Diair lancera dans les prochains mois un appel à projets dans le but d’encourager la citoyenneté pour l’accompagnement des jeunes réfugiés.

Cet appel à projets baptisé « Fai’R » prendra la forme d’un soutient à 1000 micros projets, financés à hauteur de 500 ou 1.000 euros. Ce seront là 1000 idées pour réinventer l’intégration et améliorer l’accueil, portés par la jeunesse de notre pays.

Changer les regards : la clé d’un accueil et d’une intégration réussis.

Le changement des regards portés sur les réfugiés, la déconstruction des idées reçues, le développement des connaissances culturelles réciproques sont au cœur de l’action de la Délégation, et des éléments clef de réussite de ses missions d’intégration.

Ainsi, à l’occasion de la Journée mondiale des réfugiés du 20 juin dernier une première opération a été proposée, avec l’installation de l’exposition photographique « Odyssee Europa » de l’agence Magnum dans le hall du site Garance du ministère de l’Intérieur. Dans cette même optique, d’autres projets verront le jour au cours du prochain semestre.

On citera notamment :

– « Regards croisés »
Le partenariat initié avec l’agence Magnum photo à l’occasion de l’exposition du 20 juin, se poursuivra avec le projet « Regards croisés » porté par Magnum et La maison des journalistes, cofinancé par la Diair et la DGEF notamment. Ce projet porte sur une collaboration entre photographes de renom et journalistes-réfugiés « autour des notions d’exil, d’accueil, de répression, de résistance, de succès ou d’échec ». Il aura pour objectif de produire d’une part une exposition envisagée à l’Hôtel de ville de Paris, et d’autre part un journal tiré à 10.000 exemplaires.

– Le concours « No(s) cliché(s) »
La Diair s’associe à la Dihal, à l’Institut Convergence Migration et à l’association « Habitat et Humanisme » et son mouvement “EHD” pour inviter les étudiants des écoles de communication du design et de l’audiovisuel à participer à un concours portant sur la création d’une campagne de communication en faveur de l’inclusion des personnes réfugiées. Il s’agit par ce biais de faire valoir auprès de nos concitoyens la double opportunité de leur présence dans notre pays. Le concours sera lancé au mois d’octobre. En avril 2019, six prix seront remis aux lauréats, d’une valeur comprise entre 300 et 1.000 euros.

– Une série de portraits vidéo
Le recours aux images et à la vidéo en matière de transmission d’information et d’aide à l’évolution des mentalités n’est plus à démontrer. Aussi la Diair s’est attachée à commander dès sa mise en place une série de portraits sous forme de vidéogrammes courts (2’30 à 3’) pour présenter des expériences humaine de parcours d’intégration. C’est au producteur Hikari que cette mission a été confiée, en collaboration avec la Dihal et la DGEF. Ces portraits, dont le premier opus est consacré au logement des réfugiés chez l’habitant, seront mis en ligne au fur et à mesure de leur production. Nous ne manquerons pas de vous tenir informé de leur parution.

La mise en œuvre de la stratégie nationale

Le suivi du portage de cette Stratégie nationale reste bien sûr une priorité de la Diair dans la mise en œuvre des missions confiées au délégué interministériel.

Ainsi sur les questions d’accès à l’emploi notamment on citera parmi les projets de rentrée :

  • Le PIC et son volet “réfugiés”: Le gouvernement lance le “Plan d’investissement dans les compétences” (PIC) 2018 – 2022 pour lutter contre le chômage. Dans ce cadre national, le PIC comprend un bloc « Intégration des migrants », porté par le ministère du Travail, dans une dynamique interministérielle. S’agissant des personnes réfugiées, l’action majeure du PIC est le lancement en septembre 2018 d’un appel à projet pour l’intégration professionnelle par la Délégation générale à l’emploi et à la formation professionnelle, avec la participation de la Diair. Cet appel à projet sera pluriannuel et permettra de développer et de professionnaliser le réseau de l’insertion professionnelle des personnes réfugiées.
    Outre cet appel à projet, le PIC financera également la mise en place d’un sas expérimental pour les jeunes primo-migrants de moins de 26 ans, pour leur permettre notamment d’accéder à la garantie jeunes. Il est également prévu de financer la reconnaissance de la validation des acquis de l’expérience (VAE) pour 1000 primo-migrants et enfin de développer le programme de formation professionnelle « Hope » piloté par l’Afpa.
  • Des « Job dating » : Mettre en lien direct employeurs et réfugiés est un des moyens les plus efficace de faire rentrer ces publics sur le marché du travail. Des forums emploi seront organisés dans les territoires et permettront aux réfugiés de faire valoir leurs compétences. En parallèle des ‘Job dating’ offriront l’opportunité aux employeurs de découvrir un large panel de candidats et de sélectionner finement leur prochain collaborateur.
  • Une Convention signée avec les GEIQToujours en matière d’accès à l’emploi, la Diair et la federation nationale des GEIQ, ont signé une convention de partenariat pour favoriser l’embauche des personnes réfugiées, le vendredi 21 septembre à Nantes.
  • Lancement d’une brochure co-éditée l’OCDE et le HCR le lundi 15 octobre prochain. Intitulée “Coopérer avec les employeurs pour promouvoir l’emploi des réfugiés”, ce document fait le point sur les difficultés, les opportunités et les meilleures pratiques en matière d’intégration des réfugiés sur le marché de l’emploi et dresse en outre une liste de mesures concrètes destinées à favoriser leur recrutement.

En matière d’accès au logement on notera l’organisation par la Dihal d’un atelier consacré à l’hébergement citoyen qui s’est tenu le Jeudi 13 septembre dernier à Paris.

La mise en place d’un travail collaboratif, pour et avec les personnes réfugiées :

Parce que les politiques publiques qui les concernent ne peuvent pas se faire sans la participation des personnes réfugiées elles-mêmes, la Diair sollicite et recueille leur parole.

Au mois de novembre et au cours d’une journée entière dédiée organisée à l’Inalco, les réfugiés s’exprimeront sur la Stratégie nationale et formuleront des recommandations auprès du délégué interministériel. Durant cette journée de participation, les personnes réfugiées seront formées à la prise de parole en public puis s’exprimeront lors d’ateliers animés par les associations partenaires. Cette démarche sera ensuite déployée sur l’ensemble du territoire.

Le Lab’R : perspectives

Après une phase de préfiguration qui s’est terminée par une séance de travail collaboratif au Bercy Lab le 11 juin dernier (Board #0), puis plus récemment le 4 octobre (Board #1), le Lab’R continue de grandir. Ses trois composantes – Agi’R, les Fabriques et l’Agora – sont l’objet d’une actualité enthousiaste. 

« Agi’R », le projet de plateforme numérique, est lauréat des Entrepreneurs d’Intérêt Général (EIG). Piloté par la mission Etalab du ministère du Numérique, le programme EIG permettra d’avoir deux entrepreneurs de haut niveau pour développer l’application Agi’R à partir de janvier 2019. D’ici là, la réflexion se poursuit avec des chercheurs, des entrepreneurs, des administrations, des associations ou encore des entreprises pour apporter aux EIG un cahier des charges qui réponde le plus concrètement possible aux difficultés rencontrées par les personnes réfugiées. Plus d’informations sur le site Etalab ici. 

Pour les Fabriques, ces “task force” de production de solutions concrètes, de nombreux sujets de travaux se sont imposés ou nous ont été suggérés et les premières rencontres sont prévues avant la fin de l’année. Ainsi, une première Fabrique a été organisée le mardi 18 septembre pour travailler sur la stratégie de recrutement des personnes réfugiées en Service civique « Volont’R ».

Enfin la première « Agora » se tiendra le 11 décembre à Paris, avec pour programme la définition des thématiques des « Fabriques » de la saison 2019, et de nouer des liens entre les acteurs.