” Ici, on recrute ! “

C’était le titre du 66ème Congrès de l’Union des métiers de l’industrie et de l’hôtellerie (Umih), ouvert le 4 décembre à Saint-Étienne. Plusieurs centaines de professionnels du tourisme se sont rassemblés pour évoquer ensemble le sujet du recrutement et tenter de trouver des solutions. Depuis cet été, il manque en effet 100.000 salariés dans ce secteur économique : salaires, formation, parcours professionnel et… recrutement de migrants en situation régulière sont autant de dimensions pour rendre plus attractifs les métiers de la table.

” Chiche ? Travaillons ensemble ! “

C’est la réponse apportée en substance par Alain Régnier, Délégué interministériel à l’accueil et à l’intégration des réfugiés, qui a participé à la première journée du congrès.

Rappelant que l’Umih a pris son attache pour favoriser l’intégration professionnelle de personnes réfugiées, Alain Régnier a évoquer le cadre légal de leur embauche, identique à celle des Français : aucune autorisation de travail n’est nécessaire, il suffit de produire la carte de résident de 10 ans délivrée aux personnes reconnues officiellement réfugiées.

La difficulté est ailleurs: comment trouver une personne réfugiée candidate aux métiers de la table ? Comment la former ? L’accompagner ? Le délégué  interministériel encourage les circuits courts d’intermédiation entre employeurs et candidats.

L’appel à projet lancé en octobre 2018 par le ministère du Travail sur l’intégration professionnelle des réfugiés permet de s’inscrire dans ce type de circuit : le Diair a salué l’engagement de l’Umih qui a présenté une offre complète à cet appel à projet, tant technique que géographique : les résultats seront connus en janvier 2019 pour cet appel à projet qui a connu un vif succès.

Appuyé sur un organisme paritaire collecteur solide (le Fafih) et un partenariat de qualité avec l’Etat, l’Umih a en effet de nombreux atouts pour l’emploi de personnes réfugiées. La Diair pour sa part oeuvre en étroite collaboration avec le ministère du Travail et contribuera aux travaux en cours sur les réponses aux difficultés de recrutement des professions de l’hôtellerie et de la restauration.