Lors du 80e congrès de l’Union Sociale pour l’Habitat, qui a eu lieu du 24 au 26 septembre 2019 à Paris, le Délégué interministériel est intervenu au cours d’une table ronde portant sur l’implication des organismes HLM à la politique d’accès au logement des personnes réfugiées.

En effet, l’accès au logement est un enjeu majeur pour les publics bénéficiaires d’une protection : source de stabilité, le logement est également le préalable à l’accès au droit, à l’emploi bien sûr, à la scolarité mais également à l’insertion au sein de la société.

Pour l’année 2019, l’objectif annoncé est de mobiliser 16 000 logements sur l’ensemble du territoire national pour permettre d’y loger des personnes réfugiées. En 2018, plus de 10 000 logements ont été mobilisés pour faciliter l’intégration des personnes réfugiées. Il faut noter la forte progression de cette mobilisation : en 2017, seuls 4 500 logements avaient pu être captés. La montée en puissance est à la fois le fruit de la mobilisation des bailleurs sociaux, mais également de celle du parc privé et de l’implication des territoires.

Rappelons que l’accès au logement des personnes réfugiées est une politique coordonnée au niveau central par la Diair et conduite par la Délégation interministérielle pour l’hébergement et l’accès au logement (Dihal).

 

Table ronde “Logement des réfugiés : la contribution des organismes HLM”

 

Intervenants : Alain Régnier, préfet et délégué interministériel chargé de l’accueil et de l’intégration des réfugiés ; Jean-Noël Freixinos, directeur d’Habitat 44 et vice-président de l’USH Pays de Loire ; Philippe Moine, secrétaire général d’Union et Solidarité ; Animé par Dominique Rousset, journaliste.

Crédits photos et vidéo : Union sociale pour l’habitat