Les liens entre enjeux environnementaux et sociaux ne sont plus à prouver. Ainsi, pour favoriser le développement de nouveaux modèles agricoles et permettre à la fois l’insertion des personnes réfugiées, l’association « Fermes d’avenir », membre du Groupe SOS, a développé le programme « Compagnonnage » en maraîchage agro-écologique.

Le concept proposé est simple : une formation itinérante de huit mois qui permet aux compagnons, parmi lesquels des personnes réfugiées, d’obtenir de nouvelles compétences et d’accéder à des emplois dans un secteur en pleine mutation.

C’est cette entreprise qu’Alain Régnier est allé visiter le jeudi 10 octobre 2019, à la rencontre des compagnons réfugiés accompagnés dans le cadre de ce programme à Trézelles dans l’Allier (03).

Accueilli au sein de la ferme de Layat, ouverte il y a deux ans, le Délégué interministériel a ainsi pu échanger avec les personnes réfugiées et les agriculteurs sur leur action et son impact positif tout à la fois pour les personnes et pour la branche agricole. Dans cette ferme, 3 compagnons réfugiés sont accueillis cette année.

Depuis 2017 et l’origine du programme, 20 compagnons ont étés formés, dont 7 réfugiés, dans 15 fermes formatrices. En perspective pour l’année 2020-2021, est prévue une pérennisation du programme à travers une « labellisation » POEC (Préparation opérationnelle à l’emploi collective).

« L’agro-écologie est plus performante et résiliente que l’agriculture dite conventionnelle. Prendre soin des hommes et de la nature n’est pas une option, mais une nécessite pour une agriculture durable, et pour offrir une alimentation saine au plus grand nombre. » Groupe SOS.

Comme l’ont évoqué plusieurs participants, le monde rural et la branche agricole dans son ensemble, offrent de belles opportunités aux personnes réfugiées.

En savoir plus sur le programme

Formation longue : Le Programme Compagnonnage