Dossiers & Panoramas

Mobilisation de l’enseignement supérieur pour les réfugiés

19 diplômes universitaires « passerelle » ont été habilités par le Ministère de l’Enseignement Supérieur, de la Recherche et de l’Innovation en juillet 2019. Ces D.U permettent l’accès aux bourses sur critères sociaux, aux logements étudiants, aux aides spécifiques et à la restauration collective pour les bénéficiaires de la protection internationale. La capacité d’accueil des DU « passerelles » est, nationalement, de 629 étudiants.

Fin 2019, les CROUS avaient attribué 2 362 bourses à des étudiants bénéficiaires de la protection internationale toutes filières confondues (D.U passerelles et toutes autres formations).

Le réseau MEnS (Migrants de l’Enseignement Supérieur) regroupe, depuis l’automne 2015, une quarantaine d’établissements d’enseignement supérieur engagés dans l’accueil des étudiants en exil. En 2018-2019, près de 2 000 étudiants en exil se sont inscrits dans les universités françaises, chiffre en constante hausse depuis 2015.

Ce réseau a notamment mis en place l’habilitation des D.U « passerelle » en partenariat avec le Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche.

Le programme AIMES (Accueil et Intégration des Migrants dans l’Enseignement Supérieur) porté par l’Agence Universitaire de la Francophonie a subventionné les 19 diplômes « passerelle », ainsi que 34 projets d’appui linguistique et culturel aux étudiants réfugiés en France (+ 4 projets à l’étranger) impliquant 48 établissements, dont 10 à Paris.

Au total, 1 500 étudiants provenant de 50 pays ont été accueillis en 2018 et 1 600 en 2019 (sur 3 300 candidatures annuelles).

A l’issue des DU « passerelle », 60% des étudiants ont intégré l’Université, 18% sont entrés dans la vie professionnelle et 22% ont poursuivi par des cours de perfectionnement en FLE.