Pendant la période de confinement, Emmaüs Connect, en partenariat avec la DIAIR, l’opérateur SFR et l’entreprise d’insertion sociale ARES, a deployé l’opération “Connexion d’Urgence” permettant de fournir 2500 cartes SIM à des personnes en centres d’hébergement.

La crise du Covid-19 et le confinement mis en place sur l’ensemble du territoire ont renforcé l’isolement et exacerbé les inégalités d’accès aux outils numériques. Si cette crise a touché chacun d’entre nous, elle a particulièrement affecté les personnes réfugiées.
En effet, le numérique joue un rôle prépondérant dans leur processus d’intégration. Au delà de permettre le maintien du lien social, les outils numériques sont autant d’opportunités de poursuivre la recherche d’emploi, de continuer à suivre les formations, notamment linguistiques, et d’assurer une continuité pédagogique pour les enfants durant cette période difficile.

Afin de répondre à cet enjeu, l’opération “Connexion d’Urgence” a permis d’envoyer plus de 2500 cartes SIM à des structures d’hébergement. Ces cartes SIM permettent aux bénéficiaires d’accéder à Internet, de passer des appels et d’envoyer des SMS.

La mise en place de l’Opération “Connexion d’Urgence” est le résultat d’une collaboration fructueuse d’acteurs variés. Par le financement d’une partie du projet par la Diair, Emmaüs Connect a pu assurer toute la partie opérationnelle. Le projet n’aurait également pas pu voir le jour sans le concours de l’opérateur SFR, qui a fourni l’intégralité des cartes SIM, et de l’entreprise d’insertion sociale ARES, qui a été en charge de la logistique et de l’emballage. L’OFII a quant à lui, permis de faire le lien avec les structures du dispositif national d’accueil.

Nos partenaires associatifs ont pu rapidement identifier des personnes réfugiées dans le besoin d’un accès à Internet.

Un membre d’Each One raconte : “Rouslam, par exemple, participant réfugié avec un enfant en bas âge, n’avait pas accès à une connexion et peut désormais échanger en visio avec nous, accéder aux cours, etc.” 

Dans la continuité de ce projet et en lien avec sa stratégie de lutte contre la fracture numérique, la Diair souhaite pour l’avenir déployer de nouveaux dispositifs.